Économie

• L’État garantit une partie des frais de transport pour tous les articles destinés à l’exportation.
• Réviser la loi sur les sociétés commerciales en ajoutant un nouveau type de sociétés sous le nom de "Sociétés nationales de développement". Il s’agit d’un nouveau type d’entreprise fondée sur le partenariat entre l’État, ses ressources et ses biens en nature (terrains et équipements), et entre les citoyens, en particulier les chômeurs, et leur partenariat est principalement un travail. Les activités de ces entreprises varient en fonction des ressources possibles de l'État dans cette entité et des possibilités des chômeurs et des personnes souhaitant participer à cette entreprise. Outre les opportunités d'emploi du continent et la bonne utilisation des ressources de l'État, ces sociétés affectent une partie de leurs bénéfices annuels au soutien des infrastructures de la région et à la protection des écoles et des instituts voisins.
• Activer des mécanismes pour encourager la consommation intérieure et fournir les incitations nécessaires aux investisseurs.
• Aider les petits et moyens entrepreneurs à participer à des expositions internationales (en particulier au Maghreb et en Afrique) en leur permettant de bénéficier de prix de voyage préférentiels auprès d'entreprises appartenant à l'État.
• Arrêter d'importer les accessoires pendant un certain temps, notamment ceux existants qui compensent le produit local tunisien.
• Entreprendre d'urgence une étude exhaustive de toutes les ressources naturelles et minières de toutes les régions de l'État tunisien, sous la supervision d'une commission parlementaire dotée des pleins pouvoirs pour mener à bien cette enquête. Un rapport détaillé sera publié pour l'ensemble du peuple tunisien.
• Examiner tous les contrats d'exploitation et d'exploration par le biais d'une commission parlementaire élue et avec l'assistance d'experts nationaux attestant de leur compétence et de leur intégrité.
• Soutenir l'économie verte légalement et financièrement

Finances

• Encourager les Tunisiens à l’étranger, à travers des mesures légales, à mettre en place des comptes d’épargne en devise
• Rendre le système FCR tel qu'il était avec le soutien de tous ceux qui apportent un type de véhicule électrique en dégradant ses propres coutumes.
• Imposer une taxe supplémentaire sur les bénéfices des banques.
• Permettre le paiement en devise des impositions douanières
• activation de la diplomatie économique pour convertir une partie de la dette en investissements, suspendue depuis 2014.

Environnement et Développement Durable

• Suppression des estuaires aléatoires et assurer la réhabilitation du contrôle, et adopter une politique de découpage aux estuaires et compensée par facteur de conversion et valorisation des déchets.
• Suivi périodique des usines et des industriels et suivi de leur comportement en matière de déchets et demande d'étudier sérieusement l'impact sur l'océan avant et après la construction d'usines.
• Activer le service de police de l'environnement et lui permettre de mettre en œuvre toutes les lois stipulées dans son domaine, en coopération avec les agences APAL, ANPE et ANGED, et d'imposer des sanctions sévères, que l'auteur soit un citoyen, une structure publique ou une personne privée.
• Examiner les lois existantes et établir des lois strictes pour préserver l'intégrité de la nature (sol et nappe phréatique), du milieu marin (criminalisation du déversement de déchets et du déversement d'eaux non traitées dans la mer) et de l'air (en particulier des déchets gazeux d'usines polluantes).
• Contrôle périodique spécial de l'eau traitée par le Bureau national de désinfection afin de décourager toute violation des normes dans les bâtiments avant de provoquer une catastrophe environnementale.
• Impliquer la société civile, en particulier les associations environnementales, dans les rôles de contrôle ainsi que dans tous les projets liés à la transformation écologique.
• Un examen approfondi des lois relatives à l'utilisation de pesticides et de produits chimiques dans le secteur agricole ainsi que dans le secteur industriel et en augmentant les peines prévues pour les contrevenants.
• Travaux de suivi de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques et de la feuille de route définie pour atteindre les objectifs le plus rapidement possible en raison de la gravité inévitable de la situation, et travail visant à accélérer la création d'une cellule au sein de l'autorité de surveillance pour mettre en œuvre les dispositions de cette convention et en surveiller les résultats.
• Renforcer les missions diplomatiques des conférences internationales telles que la CdP avec des compétences scientifiques tunisiennes spécialisées dans le changement climatique et la réduction de la diplomatie et du tourisme amateur.
• Développer le cadre juridique pour pouvoir mettre en place une boîte verte et d'autres financements mondiaux pour faire face aux dommages causés par le changement climatique.
• Recyclage du plastique, du cristal, de l'aluminium et des métaux.
• Production de biocarburants à partir d'huiles usées pour compenser le carburant issu du raffinage, de la concentration des points de collecte à la commercialisation.
• Production de biogaz par valorisation des déchets organiques, notamment agricoles.
• Production d'électricité à travers la valorisation des déchets ménagers urbains après tri.

Technologie et TIC

• Création et intensification de programmes de formation continue dans les médias en général et de programmes de spécialisation dans tous les départements concernés.
• Réduire l'inconduite administrative et la corruption en numérisant diverses relations avec l'État et en l'empêchant d'introduire de nouvelles données, sauf dans les cas régis par la loi. La National Digital Security Agency supervise et analyse les enregistrements de processus, y compris la détection et le contrôle de tous les abus.
• Intensifier tous les efforts pour soutenir et soutenir l'économie numérique et rechercher une plus grande ouverture du dinar tunisien aux marchés internationaux par le biais de la carte de la technologie et de PayPal. Outre l’application et l’activation de certaines lois en la matière, telles que la loi des institutions émergentes.
• Faciliter la jouissance des services administratifs par le citoyen en numérisant l'administration publique en documentant tous les services fournis par chaque département, ainsi que les documents et les délais requis, et en les publiant sur le site Web officiel de l'institution ou du ministère concerné.
• Permettre aux citoyens de préparer et d’imprimer électroniquement leurs dossiers et leurs transactions avant de les joindre au dépôt et de les envoyer au service concerné en cas de besoin.
• Permettre aux citoyens de prendre rendez-vous en ligne avec tous les ministères et les hôpitaux publics. Et créez une application téléphonique à des fins similaires à celle de la poste tunisienne, qui vous permet de tronquer le numéro de l’attente à distance et du suivi à partir de l’écran du téléphone.
• Mettre en place des conseils centraux chargés de concevoir et de suivre les services numériques dans tous les ministères et institutions (ou de les activer s'ils existent) afin d'assurer la coordination entre les différents programmes et la mécanisation de toutes les opérations ne nécessitant pas d'intervention humaine. Ces conseils souhaitent également établir des liens entre les logiciels, à la fois dans le système d’information interne et entre les systèmes d’information des différentes institutions examinées par l’État.
• Adopter des ventes électroniques pour les billets de matches et les concerts artistiques afin d'éliminer le monopole et de recourir au marché noir. Il est également possible de permettre à plus de personnes d'assister à des événements sportifs après avoir pris leurs données lorsque le billet est acheté électroniquement.

Éducation

• Améliorer l'infrastructure des écoles publiques et assurer le transport scolaire dans toutes les régions du pays, en particulier dans les zones défavorisées.
• N'employer des enseignants que dans les écoles et limiter chacun d'entre eux à l'enseignement de la matière concernée.
• Application stricte de la loi qui oblige l'enseignant à enseigner soit dans le secteur public, soit dans le secteur privé
• Veiller à ce que le critère d'ancienneté ne se limite pas à la promotion de carrière de l'enseignant, mais soit pris en compte sa contribution éducative et l'évolution de son niveau pédagogique.
• Changer les programmes d'enseignement des départements préparatoires (4-5 ans) et les fonder sur des jeux constructifs, l'éducation civique et nationale, l'éthique, l'estime de soi et autres, la communication avec l'environnement et la responsabilité. Et évitez le matériel littéraire et scientifique.
• Revoir les horaires scolaires et réduire le nombre d’heures d’enseignement quotidien pour les élèves et l’adapter à la possibilité de pratiquer une autre activité quotidienne. Avec une distribution proportionnelle entre les matériaux et leurs spéculateurs.
• L'intégration de toutes les matières liées à l'éducation avec d'autres matières principales, ce qui réduit le nombre d'heures d'enseignement et conduit à une connaissance plus ciblée et à une meilleure compréhension de cette intégration.
• Encourager la formation professionnelle et adopter une nouvelle approche: le baccalauréat professionnel

Enseignement Supérieur et Recherche Scientifique

• Pour l'enseignement universitaire, l'adoption d'une nouvelle division pour appliquer le système de LMD (congé - Master - PhD).. La nouvelle distribution est la suivante: Bachelor (4 ans) - Master (1 an) - Doctorat (3 ans)
• Promouvoir les échanges internationaux et la mobilité des étudiants.
• consolider la recherche scientifique dans l'enseignement universitaire et améliorer le statut du chercheur.
• Augmenter le budget de la recherche scientifique et allouer des dons et des subventions à des universités renommées.
• Envoi d'un comité d'experts et de spécialistes pour présenter le système éducatif en Tunisie et étudier une stratégie à court et à long terme pour l'améliorer.
• Activer un partenariat entre des instituts de recherche scientifique et diverses parties gouvernementales et privées afin de financer la recherche scientifique dans le sens de la transformation écologique

Agriculture

• Encourager les agriculteurs à adopter l'énergie géo-biochimique pour chauffer les maisons climatisées, les bâtiments d'élevage et les dépôts de séchage.
• Réviser la loi sur le port d'armes et les permis de chasse.
• Soutenir le paysan tunisien au lieu d'importer du matériel agricole en lui permettant de contracter des emprunts avec un taux d’interet faible.
• Offrir des dettes aux agriculteurs dont la dette n'excède pas dix mille dinars et un endettement sans taux d’interet pour ceux dont la dette excède dix mille dinars et ne dépasse pas 30 mille dinars.
• Suppression de toute dépendance à l’étranger liée au secteur agricole et paiement de l’autosuffisance
• Dessiner une carte agricole basée sur les pièces avec des semences importées de l’étranger et dont la disparition a été progressivement supprimée dans un délai de 5 ans et remplacées par des semences locales non cancérogènes

Emploi

• Superviser la création de programmes de formation supplémentaires pour les chômeurs qui augmentent leurs chances d'être intégrés au marché du travail privé. Et encouragez les entreprises privées à les affecter de différentes manières.
• Soutenir et encourager les jeunes à lancer des initiatives et des startups privées à vocation environnementale, soit par un soutien financier en attribuant des subventions et en facilitant les conditions de financement, soit par un soutien législatif en élaborant des lois fiscales efficaces.

Tourisme

• Numériser l'ensemble du système touristique et veiller à collecter les recettes du secteur des devises fortes dans le trésor public, sans rester en dehors du pays.
• Soutenir l'écotourisme en termes physiques et juridique

Défense et Sécurité

• La création de l'Agence nationale de la sécurité numérique, qui supervisera la fourniture d'informations et de systèmes d'information dans tous les ministères, ambassades et institutions souveraines des États. Sa mise en place se fera avec la contribution du ministère de l'Enseignement supérieur et du ministère de la Technologie sous la supervision du ministère de la Défense nationale

Affaires Étrangères

• Surveiller la nomination de tous les gouverneurs et ambassadeurs, comme l'ambassadeur de Tunisie auprès des Nations Unies, l'Ambassadeur de Tunisie à Paris et l'ambassadeur de Tunisie à Bruxelles (pour ce dernier, en particulier dans la négociation de l’ALECA et des relations avec l'Union européenne)
• Adoption de l'anglais comme deuxième langue du pays après la langue arabe
• Travailler au suivi du travail des ambassades tunisiennes à l'étranger en présentant son programme annuel à la commission des droits, des libertés et des relations extérieures lors d'une session secrète. Ils sont tenus responsables en séance plénière.

Économie Finances Environnement et Développement Durable Technologie et TIC Éducation Enseignement Supérieur et Recherche Scientifique Agriculture Emploi Tourisme Affaires Étrangères Défense et Sécurité