Économie

• Création du Haut commissariat à l'investissement pour inclure tous les intervenants en relation directe avec le système d'investissement afin d'informer les investisseurs tunisiens et étrangers
• Création de fonds d'investissement régionaux en partenariat entre les secteurs public et privé
• Création de pôles de développement régional (études de projets et encadrement des investissements régionaux).
• Mise en place d'un système de solidarité sociale pour informer les personnes à faible revenu: simplifier les procédures et faciliter le financement (institutions bancaires ou associations de développement) pour lancer des microprojets.
• Activer les mécanismes de briefing et de suivi pour assurer le succès des projets et orienter les prêts vers les ressources qui lui ont été allouées.
• Mise à jour du programme des investissements pour orienter les investissements nationaux et étrangers vers les zones intérieures et rationalisation des avantages fiscaux.
• Encourager le secteur agricole, par le biais de privilèges et de divisions, à valoriser les efforts des diplômés dans ce domaine.
• Encourager la création de sociétés coopératives de production et de commercialisation dans les domaines des industries et des services traditionnels.
• Création d'un pôle économique africain en partenariat avec certains pays africains à travers l'activation de la diplomatie économique afin de faire de la Tunisie une passerelle vers l'Afrique et une importante plaque tournante pour les investisseurs et les capitaux étrangers.

Finances

• Coordonner avec les prêteurs et les ONG pour un audit complet de la dette extérieure
• S'efforcer de convaincre les pays amis d'investir une partie de la dette extérieure pour financer de grands projets de développement public.
• Renforcer les règles de bonne gouvernance dans le secteur bancaire et améliorer la qualité
• Engager et accélérer les procédures judiciaires et judiciaires pour recouvrer les anciennes dettes des banques publiques et de ses filiales
• Augmenter le capital des sociétés de capital-risque des banques et les inciter davantage à participer aux projets d'investissement régionaux, à savoir la Société tunisienne de garantie et la Société tunisienne du commerce extérieur.
• Encourager les institutions bancaires à créer des lignes de financement régionales pour financer les projets agricoles, industriels et de services ainsi que les programmes de développement régional et local au profit des nouveaux entrepreneurs.
• Assister les banques publiques en restructurant, en accélérant leur capitalisation, en qualifiant et en extrayant leurs dettes
• Modification du plafond des projets financés au titre du Fonds de promotion du développement industriel, du Fonds national de promotion de l'industrie (de 10 millions Dinars à 20 millions Dinars) et du Fonds de développement de l'artisanat et des minorités (100 000 à 200 000 Dinars)
• Création de la police fiscale

Environnement et Développement Durable

• Consolider la culture de la conservation de l'environnement dans le système éducatif à tous les niveaux de l'éducation
• Encourager les investissements dans la création et la mission d'institutions de traitement des déchets ménagers: investir dans l'économie verte et adopter des méthodes de production et des modes de consommation durables.
• Encourager les investissements dans l'écotourisme en créant des espaces et des stations écologiques
• Moderniser le modèle de création d'espaces verts dans les zones industrielles et urbaines
• Encourager l'utilisation du vélo dans les villes en stimulant leur industrie et en aménageant leurs propres voies.
• Améliorer le modèle de boisement des zones arides, désertiques et montagneuses
• Résistance à la pollution industrielle dans les zones industrielles adjacentes aux zones urbaines.
• Transformer les estuaires municipaux en centrales à déchets et les diffuser à toutes les municipalités
• Augmenter les allocations financières des conseils régionaux, en particulier pour les gouvernorats du centre, du Nord-Ouest et du Sud. S'assurer que les entités marginalisées bénéficient d'une partie de leurs revenus patrimoniaux
• Fournir de l'électricité en utilisant des énergies alternatives et de l'eau potable dans toutes les zones rurales
• Resserrement du contrôle des associations de l'eau.
• Créer des installations publiques vitales et populariser les installations de divertissement dans toutes les régions.
• Promotion de la structure des investissements dans l'écotourisme.
• Réduction des délais des marchés publics pour la mise en œuvre des projets de développement régional dans les délais impartis
• Payer les frais aux établissements des municipalités où se trouvent leurs biens immobiliers, indépendamment du siège central

Transport

• Réhabilitation et développement du secteur des transports en commun.
• Activer la surveillance des licences de transport terrestre et d'exploitation.
• Renforcement de la flotte de transport terrestre public en acquérant de nouveaux moyens
• Développer le réseau ferroviaire et le relier entre les différents espaces intérieurs et le moderniser pour le transport des personnes et des marchandises.
• S'assurer que l'État acquitte les droits des entreprises publiques pour le transport routier en s'engageant à libérer le transport pour certaines catégories ou à appliquer des tarifs bas pour certains articles.
• Préparer, entretenir, équiper et utiliser les stations de transport terrestre
• Développer des programmes de sauvetage pour les entreprises de transport régionales basées sur l'analyse de leurs activités, la nature de leurs dépenses, l'état de préparation de leur flotte et éviter la démobilisation des agents après des audits.
• Fournir des transports scolaires publics dans les zones rurales.
• Renforcement de la flotte de transport en commun entre les instances internes et ouverture du champ aux opérations de publicité afin de mobiliser les ressources financières des sociétés de transport régionales
• Examen des offres et des exigences attribuées aux particuliers par le Bureau national de l'aviation civile.
• La Société nationale des chemins de fer et la Société tunisienne des transports font partie des priorités urgentes pour son sauvetage.
• Mettre en place un programme de secours pour Tunisair après l'audit.
• Développer le réseau routier, améliorer la qualité des services dans les grands ports, simplifier les procédures administratives, numériser les procédures des ports maritimes et renforcer la supervision.

Éducation

• L'activation du Conseil suprême pour l'éducation, la formation et la recherche scientifique.
• Création de l'Institut national d'évaluation de l'éducation, de la recherche et de la formation chargé d'évaluer la gestion administrative de tous les établissements d'enseignement, de recherche et de formation, de mener des études de faisabilité sur leurs produits et leur production, en recherchant leur compatibilité avec les stratégies de développement économique, social et culturel, en les corrigeant et en proposant des moyens de les modifier.
• Création d'un pôle ministériel destiné à superviser toutes les composantes du système et à suivre l'interdépendance de ses liens et la restructuration des agences gouvernementales chargées de l'éducation, de la recherche scientifique et de la formation.
• Examen complet des programmes scolaires
• Relever le niveau de formation et de qualification du diplômé du système éducatif tunisien
• Développer la capacité des diplômés des écoles et universités tunisiennes à interagir de manière positive avec les exigences de la réalité économique, que ce soit au cœur de la compétence scientifique, littéraire ou humaine, et lui permettre d'acquérir les compétences et les connaissances scientifiques nécessaires, ainsi que des compétences pratiques et des qualités de comportement et une base éthique et communicative

Enseignement Supérieur et Recherche Scientifique

• L’établissement de la Faculté des sciences de l’éducation se spécialise dans la formation de cadres pédagogiques, d’écoles administratives, de centres de recherche et d’études pédagogiques.
• Réhabilitation de pôles technologiques intégrés en coopération entre les secteurs public et privé et en partenariat avec des institutions nationales et internationales.
• Examen complet du programme d’enseignement universitaire
• Orienter la recherche scientifique vers les domaines technologiques de la faisabilité économique et vers les domaines sociaux et culturels qui valorisent le patrimoine culturel national et consolident des valeurs humaines plus élevées.

Jeunesse

• Création du Conseil national de la jeunesse afin qu'il joue un rôle consultatif jusqu'à ce que des politiques gouvernementales précises soient définies
• Il est capable de répondre aux demandes des jeunes.
• Soutien financier aux organisations de jeunesse actives dans le domaine de la lutte sociale contre les ravageurs (migration clandestine, drogues, délinquance, tabagisme)
• Renforcement du rôle des clubs de jeunes et des clubs ruraux.
• Élargir l'intervention du Fonds national pour la promotion du sport et de la jeunesse.
• Approuver un plan national de réhabilitation et de réhabilitation des installations sportives.
• Mise en place d'un observatoire national d'exploration des talents sportifs, animé par un conseil des compétences sportives tunisiennes.
• Créer un guide sportif social.
• Fournir un soutien matériel et logistique aux associations sportives féminines et sportives
• Augmenter le soutien financier aux associations sportives qui entraînent des enfants
• Information psychologique, sociale et sanitaire pour les personnes handicapées
• Création de centres de formation internationaux pour attirer des équipes étrangères
• Création de l'Agence nationale pour les athlètes d'élite.
• Création du Centre national de formation de formateurs, d'arbitres et de techniciens
• Soutenir les universités sportives individuelles et promouvoir les athlètes d'élite dans des jeux individuels.
• Activer la loi sur la coopération entre athlètes.
• Intensifier la supervision financière des universités sportives.
• Développer le système de paris sportifs de manière à assurer davantage de soutien aux fédérations sportives

Santé

• Reconstruction du système de santé national sur la base du principe de la santé pour tous afin de parvenir à une proportion de la supervision de la santé qui réponde aux normes internationales et d'assurer la gratuité des soins aux groupes nécessiteux.
• Reconsidérer la carte sanitaire dans le sens de la rationalisation et de la répartition équitable des ressources humaines, des cadres médicaux et paramédicaux, des infrastructures et des services de santé basés sur l'intégration entre les secteurs public et privé et l'équilibre entre les entités.
• Réhabilitation des établissements hospitaliers publics pour assurer la qualité des services médicaux et contrôler le coût du traitement
• Accélérer la fourniture d'une carte magnétique qui stocke le dossier médical du citoyen.
• Augmenter considérablement les salaires des médecins des hôpitaux universitaires et mettre fin au système d'activités privées supplémentaires
• Ouvrir la porte des contrats aux médecins privés pour qu'ils enseignent dans les facultés de médecine
• Ouverture de la section de débat pour l'admission au rang de professeur adjoint, professeur éminent et conférencier des médecins en exercice du secteur privé, en fonction des besoins des facultés de médecine.
• Amélioration des hôpitaux publics régionaux de l'intérieur au niveau des centres hospitaliers universitaires et des centres de haute spécialisation
• Développer un programme pour combler la pénurie dans certaines juridictions au sein des organes internes avec des incitations appropriées
• Répartition équilibrée des facultés de médecine entre les régions
• Faire du secteur de la santé un pilier du développement et accroître sa capacité opérationnelle en mettant en place des mécanismes pour encourager les investissements dans la santé, la recherche scientifique médicale, l’innovation pharmaceutique, la fabrication, la fabrication d’équipements médicaux et paramédicaux et le commerce, afin de réduire les coûts de production et de services.
• Création de divisions régionales pour les interventions médicales d'urgence, renforcement de la flotte de transports médicaux publics d'urgence, coopération avec l'armée nationale et l'administration de la santé militaire dans le domaine des ambulances aériennes et fourniture progressive d'ambulances volantes à la vitesse d'un hélicoptère pour chaque région.
• Adoption de la participation quotidienne de professeurs adjoints ou de spécialistes confirmés en pédiatrie, chirurgie pédiatrique, gynécologie et gynécologie, ophtalmologie, maladies des yeux et de la gorge, du nez et des oreilles, chirurgie générale et chirurgie neurologique en cas d'intervention urgente. Aux hôpitaux où ces spécialistes sont exercés
• Légaliser les refuges pour personnes âgées et les personnes atteintes de maladies chroniques sans indépendance et victimes d'accidents de santé handicapés
• Développement progressif des départements de gériatrie dans les hôpitaux universitaires avec la transformation de ce médicament de la compétence en spécialité
• Reconsidérer les règles et critères pour l'établissement d'unités de recherche scientifique et de laboratoires.
• Établir un partenariat entre les secteurs public et privé dans le domaine de la recherche et des technologies modernes
• Reconsidérer la réglementation du secteur pharmaceutique et de l'industrie et du commerce pharmaceutiques, encourager l'utilisation de médicaments génériques fabriqués au niveau national et renforcer le contrôle sur le commerce de matériel médical et paramédical
• Établir les règles de gouvernance dans la gestion des hôpitaux et mettre en place un système de contrôle des médicaments et du matériel dans les hôpitaux et les établissements de santé.

Agriculture

• Réaliser une Autosuffisance et une sécurité alimentaire
• réduire l’inflation des prix
• Encourager les investissements dans l'agriculture biologique traditionnelle et dans la culture de pépinières et de semences destinées au développement du système de commercialisation des produits agricoles basé sur la création de marques enregistrées tunisiennes locales afin de faciliter le processus de promotion interne et externe.
• Mise en place de mécanismes de financement pour encourager les femmes rurales à participer au cycle économique régional.
• Encourager la création de sociétés coopératives agricoles
• L’adoption de centrales collectives à énergies renouvelables
• Rééchelonnement de la dette agricole et réduction des taux d'intérêt pour les prêts saisonniers
• Mettre les fermes et les terres confisquées à la disposition d'institutions d'exploitation agricole dans le cadre de contrats nationaux.
• Création d'un fonds de compensation pour les accidents et les catastrophes maritimes
• Mise à jour périodique de la liste des équipements de pêche maritime bénéficiant d'une exemption de performance sur la valeur ajoutée, réduction des paramètres douaniers et simplification des procédures d'utilisation de ces privilèges.
• Promouvoir l'investissement dans l'aquaculture
• Réviser l'emplacement des cages flottantes pour la pisciculture de manière à protéger le stock biologique d'une contamination significative causée par l'engraissement du poisson

Emploi

• Soutenir les mécanismes publics d'emploi pour promouvoir l'emploi dans le secteur privé (contrat d'insertion professionnelle, formation contractuelle à l'emploi ...).
• Développer un programme de formation et d'intégration pour les bénéficiaires de contrats de travail
• Développer des programmes de formation spéciaux pour les diplômés universitaires qui ont des difficultés à intégrer le marché du travail.
• Développer un système de suivi et d'évaluation pour parrainer des projets achevés dans le cadre de l'emploi individuel et du travail indépendant.
• Établir un nouveau cadre juridique pour la formation professionnelle et l’adoption de contrats tripartites entre la composante, l’institution de formation et les institutions du secteur privé, en vertu desquels la composante sera louée pour la durée du contrat, qui sera encadrée dans un programme spécifique entre l’institution de formation et l’institution sous contrat.
• Diffuser progressivement le cadre des contrats tripartites sur divers domaines de l'enseignement technique, de la formation professionnelle et de l'enseignement supérieur
• Réforme du système de formation en cours pour les actions du secteur privé, en consultation avec les partenaires économiques et sociaux, en vue de son adoption comme droit à une rémunération et au devoir de l'opérateur
• Création de nouvelles spécialités dans les centres de formation pour personnes ayant des besoins spéciaux

Tourisme

• Diversifier le produit touristique et soutenir l’écotourisme, la jeunesse, les sports, le désert, la culture, l’hospitalisation, le tourisme de festival, le tourisme de conférence et le tourisme d’exposition.
• Soutenir le tourisme de luxe et le tourisme maritime et la tendance vers de nouveaux marchés
• Création d'une grande agence de voyages nationale en partenariat avec le secteur privé
• Gouvernance de l'Office National du Tourisme
• Qualification des établissements de formation professionnelle spécialisés dans le tourisme et adaptation de leurs programmes de formation aux exigences du secteur
• Intensifier le contrôle des foyers, des services et de l'hygiène.
• Soutenir la sécurité du tourisme pour protéger les itinéraires et les zones touristiques de manière continue et efficace
• Encourager le tourisme maghrébin et africain
• Modernisation des centres d'hébergement pour jeunes et généralisation des résidences hôtelières

Défense et Sécurité

**Défence**
• Élaborer une stratégie pour former les nouvelles recrues aux techniques adoptées pour lutter contre le terrorisme.
• Intensification des cours de formation pour tous les types d'armées.

• Réviser le système de crédit-bail militaire de manière à garantir des incitations sous forme de subventions privées à ceux qui occupent des postes qui le rendent plus vulnérable.
• Changer la doctrine du renseignement militaire conformément à la nouvelle Tunisie, relever le niveau professionnel de la sécurité militaire, l'adapter aux technologies modernes, anticiper les événements et déjouer les projets hostiles.
• Amélioration de la performance des services militaires (santé, logement, transport, coopérative ...)
• Augmenter les salaires du personnel militaire dans la mesure permise par les capacités de l'État, conformément à l'amélioration de la situation économique attendue après le rétablissement de la sécurité et de la stabilité
• Réviser la loi fondamentale relative au personnel militaire afin de mettre l'accent sur le principe d'obéissance, à l'exception des ordres axiomatiques et illégitimes tels que la torture, les crimes contre l'humanité et le coup d'État contre l'autorité légitime, et d'enseigner cette règle dans les écoles militaires
• La formation de personnel militaire à l'étranger sera le premier noyau du projet de fabrication d'armes légères.
• Mise en place d'un ministère de la réforme administrative et d'une fonction publique à la tête du gouvernement pour assurer la préparation des programmes de réforme administrative et la mise en œuvre du suivi. Son personnel qualifié est habilité à exercer un contrôle administratif et financier sur les administrations publiques et les entreprises.

**Sécurité**
• Développement de la structure de sécurité et modernisation de ses équipements.
• Intégrer le ministère de la Justice et le ministère de l'Intérieur dans sa division de la sécurité en un ministère de la Justice et de la Sécurité et renvoyer les intérêts des communautés locales au ministère du Développement.
• Création d'une agence de sécurité nationale sous la présidence de la République
• Créer une académie nationale de sécurité pour former les agents de sécurité et les former à toutes les spécialisations en sécurité et en droit et leur accorder des licences en droit, tout en ouvrant la porte au recrutement de diplômés universitaires dans différentes spécialisations en fonction des besoins.
• S'entraîner à l'étranger avec des pays amis.
• Réviser la loi sur les accidents du travail impliquant des membres des forces de sécurité intérieure.
• Ouvrir la porte aux officiers des forces de sécurité intérieure pour qu'ils puissent poursuivre leurs études tout en réduisant les heures de travail, jouir du droit de symétrie pour la désignation conforme à leurs martyrs et leur donner la priorité lors de leur admission.
• Exiger que les responsables des centres mettent en œuvre les jugements civils à court terme.
• Exiger des agents de la république qu'ils inspectent périodiquement et soudainement les magasins de sécurité, les magasins de rétention et les unités pénitentiaires.
• Créer un contrôle de sécurité
• Octroi des numéros de matricule des officiers de police judiciaire par les agents de la République et les agents généraux de la République, selon le cas, en ce qui concerne leur travail judiciaire.
• Retrait du statut d'officier de police judiciaire pendant un certain temps sous forme d'infractions graves par une décision du service des mises en accusation à la demande des agents de la république.
• Mettre en place un comité de sécurité parlementaire
• Promulguer une loi sur les syndicats de sécurité et empêcher tout financement spécial des syndicats
• La réunion ordinaire du ministre des Syndicats pour formuler les griefs des agents, attirer son attention sur les difficultés rencontrées et lui faire des suggestions.
• Manque les forces de sécurité intérieure et le bureau de douane dans les véhicules réservés par le bureau de douane après l'expiration des délais légaux pour régler leur statut et développer le parc de véhicules de sécurité.
• Fournir le matériel nécessaire pour résister aux crimes graves
• Réviser le Code de procédure pénale afin de réglementer les méthodes d'enquête spéciales pour tous les crimes afin de permettre une détection plus efficace des crimes.
• Développement de la police scientifique et technique.
• Création d'un corps spécial pour la police municipale

Culture

• Créer une véritable dynamique culturelle en Tunisie aux niveaux régional et international.
• Développer le secteur du cinéma en adoptant une incitation à la fourniture de films, en activant la protection de la propriété intellectuelle et en imposant la mise en place de salles de cinéma dans le cadre de grands projets réalisés par des promoteurs immobiliers.
• L’achèvement des monuments à raison d’au moins un monument dans chaque État, à condition que les mains tunisiennes
• Développer un plan stratégique basé sur la décentralisation et soutenir la politique d'équilibre culturel et artistique entre les parties.
• Soutenir, préserver et promouvoir le patrimoine matériel et immatériel à des fins culturelles et touristiques.
• S'efforcer de trouver des mécanismes de surveillance efficaces pour démanteler les cercles de corruption dans tous les domaines de la culture.
• Enregistrement du patrimoine immatériel à l'UNESCO
• attribuer de précieux prix nationaux pour la créativité intellectuelle et artistique
• Assurer la mise en place d'un bureau solide du ministère de la Culture chargé du suivi humanitaire et social de tous les membres du secteur culturel, artistique et créatif, en coordination avec les ministères des Affaires sociales et de la Santé.

Affaires Étrangères

• Inclure le département de la coopération internationale du ministère des affaires étrangères
• Inclusion du bureau des Tunisiens à l'étranger au ministère des Affaires étrangères.
• Revoir les méthodes adoptées pour nommer les consuls et les ambassadeurs sur la base du mérite et de l'efficacité
• Attribution d'un plan comptable pour les missions diplomatiques au personnel du ministère des Finances exclusivement qualifié
• Nommer les attachés sociaux et les attachés de sécurité des missions diplomatiques conformément aux normes de compétence et développer leurs performances conformément à la nouvelle Tunisie
• Acquisition d'ambassades à l'étranger à raison d'un bâtiment par an
• S'occuper de la formation des diplomates, en particulier dans le domaine de l'économie.
• Intensifier le contrôle sur la conduite financière des missions diplomatiques
• Faire de la diplomatie économique un élément essentiel de la stratégie de la République tunisienne en matière de relations internationales
• Demander aux missions diplomatiques et consulaires de rechercher des investisseurs tunisiens sérieux et d'encourager les Tunisiens à l'étranger à investir dans leur pays, par exemple en recherchant des opportunités d'investissement tunisien à l'étranger, en particulier dans les pays africains et arabes.
• Évaluer régulièrement les diplomates concernés en fonction de leur réussite dans les tâches mentionnées
• Encourager les institutions tunisiennes à investir en Afrique, fournir les installations nécessaires et encourager les étudiants africains à étudier dans des universités privées en Tunisie.
• Établir des centres culturels tunisiens dans certaines capitales du monde pour présenter nos produits culturels, attirer des investisseurs dans ce domaine, en particulier dans le secteur du cinéma, les diriger vers notre pays et fournir un soutien et un soutien logistique.
• Financer ces centres en coopération avec les ministères de la Culture et des Affaires étrangères et par la mise en place d'activités intellectuelles et scientifiques contribuant au financement, telles que l'enseignement de l'arabe aux étrangers.
• Accélérer les services consulaires et fournir des services aux Tunisiens quel que soit leur statut d'immigration dans le cadre d'accords entre pays
• Fournir à la communauté tunisienne des données actualisées relatives aux lois sur l'investissement et tout ce qui les motiverait à investir en Tunisie
• Chercher des talents tunisiens à l’étranger et les rencontrer par les ambassadeurs pour discuter des moyens de les aider et de soutenir leur pays.
• Débattre du règlement de la question des immigrés clandestins en Europe avec un engagement sérieux à prendre les mesures de sécurité nécessaires pour mettre un terme à l'hémorragie de l'immigration clandestine.
• Création d'un conseil pour les Tunisiens à l'étranger
• Création d’écoles et d’instituts tunisiens dans les pays comptant une grande communauté tunisienne.
• Assister les jurés du bureau tunisien Diwan à l'étranger dans les ports et les aéroports pour examiner les éventuels abus commis contre les Tunisiens qui retournent dans leur pays et les signaler aux autorités concernées, pour prendre les mesures nécessaires contre les contrevenants et empêcher qu'ils ne se reproduisent.
• Intensifier les contacts pour rechercher des opportunités d'embauche de Tunisiens à l'étranger

Économie Finances Environnement et Développement Durable Transport Éducation Enseignement Supérieur et Recherche Scientifique Santé Agriculture Emploi Tourisme Culture Affaires Étrangères Défense et Sécurité